Un professeur de technologie enseignant dans un collège privé catholique de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) a été mis en examen pour « agressions sexuelles » sur des élèves et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Le parquet a lancé une enquête sur les agissements présumés de ce professeur, puis ouvert une information judiciaire après avoir reçu quatre plaintes d’élèves, âgées de moins de 15 ans, a précisé le procureur du Val-d’Oise, Yves Jannier, confirmant une information du Parisien.

Ces élèves ont dénoncé des « comportements inappropriés », et des fichiers pédopornographiques ont ensuite été trouvés sur son ordinateur lors d’une perquisition chez lui, dans le Val-d’Oise, a-t-il poursuivi.

L’homme de 57 ans, également mis en examen pour la détention de ces images, s’est vu interdire de travailler avec des mineurs, et imposer une obligation de soins psychiatriques.

« Dès connaissance des faits par les services académiques, l’enseignant a été suspendu immédiatement par mesure conservatoire », a précisé le rectorat de Créteil dans un communiqué.

« Le chef d’établissement en a informé les familles, en respectant le secret de la procédure judiciaire », a-t-il ajouté.

« Le professeur a été suspendu et il a été procédé à son remplacement », a confirmé à l’AFP Daniel Altemayer, le chef d’établissement de ce collège privé catholique de 700 élèves, sous tutelle congréganiste.

Décrit par une source interne à l’établissement comme « bien intégré » au sein de l’équipe pédagogique, l’enseignant travaillait avec une dizaine de classes chaque année, de la 6e à la 3e.

Selon le rectorat de Créteil, une réunion d’information des enseignants, des parents et des élèves doit être organisée vendredi et « une cellule d’écoute et de soutien psychologique » mise en place lundi matin.