François Hollande a appelé mercredi en Conseil des ministres « l’ensemble du gouvernement » à soutenir la réforme du collège de la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, a indiqué le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

« Le président de la République soutient (la réforme) et a demandé à tous les membres du gouvernement (leur) soutien », a déclaré M. Le Foll. « Il faut qu’il y ait une cohérence et un soutien de l’ensemble du gouvernement », a-t-il insisté.

François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls ont rappelé « que l’enjeu de l’éducation (…) avait été au ceur de la campagne présidentielle et qu’il fallait donc soutenir cette réforme sur le collège », a ajouté M. Le Foll.

Le porte-parole du gouvernement est par ailleurs revenu sur les critiques de Nicolas Sarkozy à l’encontre de Christiane Taubira et Najat Vallaud Belkacem, en estimant que, « citer comme cela ces deux ministres à dessein, c’est quelque chose qui au fond ne grandit pas son auteur ».

Lundi soir, lors d’un meeting UMP aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), l’ex-président avait notamment lancé: « Dans le combat effréné pour la médiocrité, Christiane Taubira (ministre de la Justice) est en passe d’être dépassée par Najat Vallaud-Belkacem. »

Interrogé sur la saisine du Conseil supérieur des programmes (CSP) par la ministre de l’Education nationale, M. Le Foll a également réfuté toute idée de détricotage de la réforme.

« Cette saisine était normale et donc elle fera l’objet d’une discussion » avec le CSP, a-t-il précisé, assurant que « les choses (étaient) parfaitement calées (..) le tout dans la transparence ».

Najat Vallaud-Belkacem a demandé mercredi au Conseil supérieur des programmes (CSP) de plancher sur les langues et cultures de l’Antiquité et de remettre ses propositions le 15 octobre, selon une lettre dont l’AFP a eu connaissance.

Cette démarche « ne dit rien de particulier, si ce n’est le fait d’être à l’écoute, de corriger quand il faut corriger, de demander, de dialoguer », a poursuivi M. Le Foll.

« Cela fait partie de l’engagement qui avait été pris dès le départ sur ce sujet », a-t-il conclu.