Sélectionner une page

Calculatrice aux examens : une nouvelle réglementation à partir de 2018

Les règles encadrant l’usage des calculatrices électroniques lors du Baccalauréat vont être renforcées. À partir de la session 2018, elles devront disposer d’un « mode examen » empêchant l’accès à la mémoire.

Calculatrice aux examens : une nouvelle réglementation à partir de 2018
Young student taking mathematics exams © Production Perig - Fotolia

Young student taking mathematics exams © Production Perig – Fotolia

Pour éviter la triche au Baccalauréat, les professeurs cherchent surtout des parades au fléau des smartphones. Mais qu’en est-il des calculatrices dernière génération, graphiques et programmables, qui permettent de stocker des formules mathématiques, et bien d’autres données textuelles ?

Autorisée depuis 1980, la calculatrice dispose depuis 1999 d’une réglementation : la circulaire 99-186. Un texte un peu flou, qui autorise l’utilisation de cet outil, quelques soient ses capacités techniques, à condition qu’il soit « autonome », c’est-à-dire dépourvu de toute fonction de communication par voie hertzienne (Wi-Fi, Bluetooth), mais qui ne précise pas si certaines données sont interdites de stockage ou non.

Un « mode examen » obligatoire

A partir de la session 2018 (donc, pour les élèves entrés en seconde à la rentrée 2015), une nouvelle réglementation s’appliquera. Elle concerne l’utilisation des calculatrices électroniques lors des examens et concours de l’enseignement scolaire, lors des épreuves scientifiques.

Les calculatrices avec mémoire alphanumérique devront disposer d’un « mode examen« . Ce mode devra permettre de « neutraliser temporairement l’accès à la mémoire de la calculatrice », ou de l’effacer. Il devra aussi permettre de bloquer « toute transmission de données, que ce soit par Wi-Fi ou Bluetooth ».

Le passage au « mode examen » (sur instruction du surveillant de salle) devra être attesté par un « signal lumineux clignotant sur la tranche haute de la calculatrice ». Durant toute la durée de l’épreuve, ce mode ne devra pas pouvoir être désactivé – « sa sortie nécessitant une connexion physique, par câble, avec un ordinateur ou une calculatrice ».

« Afin de prévenir les risques de fraude, sont interdits les échanges de machines entre les candidats, ainsi que les échanges d’informations par l’intermédiaire des fonctions de transmission des calculatrices », indique le ministère de l’Education Nationale dans un texte paru le 2 avril au bulletin officiel. L’utilisation d’une calculatrice « non conforme » débouchera sur une procédure disciplinaire.

4 commentaires

  1. Il est préférable d’apprendre à se servir aux étudiants des nouveaux outils plutôt que de s’entêter à leur faire apprendre par cœur des règles. Connaitre l’existence des règles est une bonne chose. Avoir à les apprendre par coeur en est une autre. Aujourd’hui Internet est utilisé quotidiennement par les entreprises. Cela sera partie prenante de leur activité. Autant qu’on leurs apprennent à bien chercher l’information dés maintenant.Signaler un abus

    Réponse
    • Cette réflexion reste très superficielle et à part produire des robots moins bons que ceux de google, ne fera que desservir l’humain. L’intelligence est fondée sur la mémoire, la réflexion et le raisonnement ; et les têtes bien faites de Montaigne sont des têtes qui se sont appropriés des savoirs et n’ont pas des têtes vides capables de chercher des connaissances sans discrimination, interprétation, ou réflexion.

      Bon courage dans le monde du travail.Signaler un abus

      Réponse
  2. Et les professeurs, ils ont été prévenu quand ?
    Il y aura bien des bidouilleurs pour ouvrir les calculatrice et/ou implanter des programmes pour exploiter l’ensemble des possibilités de la calculatrice.
    Et pourquoi ne pas interdire la calculatrice tout simplement ?

    Pour pouvoir sélectionner les bonnes informations, il est préférable d’être bien outillé. Avoir des connaissances de bases, avoir l’esprit critique… enfin, dans toutes les entreprises, les salariés ne passent pas leur temps à chercher sur internet, ils utilisent plutôt les outils informatiques.

    De toutes façons, la Terre est plate !Signaler un abus

    Réponse
  3. Et pour le brevet des collège? Même règle je suppose? le prod de maths de mon fils qui est en 6ème recommande de patienter pour l’achat d’une calculatrice qui sera compatible pour le brevet.
    Les calculatrices collège disposent d’une mémoire permettant la triche?Signaler un abus

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernier Reportage

Chargement...