Vendredi 20 mars, de 9h à 11h, une éclipse solaire s’est produite. Une importante couverture nuageuse et la rupture des stocks de lunettes spéciales ont quelque peu gâché la fête, surtout dans l’ouest et le nord de la France.

Animations et télescopes à la Cité de l’Espace

Mais dans le sud et l’est de la France, la situation était toute autre. A Toulouse, les nuages étaient présents, mais suffisamment peu nombreux pour permettre à l’éclipse d’être visible. Des groupes scolaires étaient venus en nombre pour observer le phénomène – encadrés par des astronomes amateurs, des médiateurs scientifiques et des spécialistes, comme  l’astrophysicienne Sylvie Vauclair. Pour l’occasion, la Cité de l’Espace avait mis en place, dans ses jardins et dans sa coupole d’astronomie, un dispositif d’observation complet – des lunettes spéciales aux télescopes.

Lunettes, sténopés et écumoires à l’école

Dans l’est de la France, certaines écoles ont aussi pu bénéficier d’un ciel relativement dégagé. Les CM2 de l’école (REP +) élémentaire Esplanade, à Sedan (Ardennes), ainsi que les élèves de CE de Hoste (Moselle) auront pu observer, pleinement, l’éclipse – au moyen de lunettes de protection, mais aussi de sténopés ou d’écumoires.

Les élèves de l’école de Dabisse, dans les Alpes de Haute Provence, ont aussi pu observer le phénomène astrologique, au moyen de lunettes spéciales.

L’éclipse en direct sur Internet

Restent les élèves malchanceux, qui ne disposaient ni de lunettes, ni de sténopés, ou qui ont du faire face à un ciel couvert. Certains d’entre eux, comme à l’école de Chevry-Cossigny, auront malgré tout vu l’éclipse… sur Internet.

Les prochaines éclipses partielles visibles en France auront lieu en 2022 et 2027. Pour voir une éclipse totale, il faudra attendre 2081.