La décision du maire UMP de Chalon-sur-Saône de supprimer le menu de substitution sans porc dans les cantines scolaires est une « minable manoeuvre politicienne », a estimé jeudi Juliette Méadel, porte-parole du PS, selon laquelle « il faut appeler un chat un chat, et un acte raciste un acte raciste ».

« La grande affaire! Cette décision municipale vise à stigmatiser les enfants concernés », s’insurge la porte-parole dans un communiqué en soulignant qu' »offrir des menus variés à ceux qui ont des pratiques alimentaires différentes, lorsque cela est possible, lorsque cela est souhaité, n’est pas attentatoire aux principes de la République ».

« Le respect de la laïcité, insiste Juliette Méadel, n’est pas exclusion, il doit promouvoir au contraire le mieux vivre ensemble. »

La porte-parole s’indigne d’autre part que l’un des trois conseillers spéciaux de Marine Le Pen, Eric Domard, se soit interrogé sur Twitter sur l' »allégeance » de la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, à la France ou au Maroc, pays dont elle a les deux nationalités.

« L’infâme rejoint l’odieux quand le FN s’engouffre dans la brèche ouverte par ce maire en s’attaquant à Najat Vallaud-Belkacem », commente Juliette Méadel.

« Non, poursuit-elle, les origines de la ministre n’ont rien à voir avec le fait qu’elle en appelle à une juste compréhension de la laïcité. »

« Derrière les oripeaux de la dédiabolisation du FN, sa vraie nature se dit là, appuie Juliette Méadel: pour le FN, seules comptent les origines des personnes, surtout lorsqu’elles viennent du sud ».