Thalys a promis vendredi d’agir avec « pédagogie », « vigilance » et « fermeté » en réponse à une pétition dénonçant le comportement d’un de ses agents qui avait empêché un couple de femmes de s’embrasser sur un quai de la gare du Nord.

« Chaque incident sur le terrain donne lieu, chez nous, à des analyses qui permettent d’améliorer nos formations. Cette affaire nous interpelle profondément: à compter d’aujourd’hui, elle va être introduite dans nos process comme un cas-type, et faire référence pour sensibiliser nos agents », a indiqué l’opérateur ferroviaire dans un communiqué.

Thalys a tenu « à rappeler son attachement aux valeurs d’ouverture et de respect, qui ne saurait s’accommoder d’aucun mot ou acte homophobe ».

« Récemment, deux jeunes femmes ont été interpellées parce qu’elles s’embrassaient sur un quai de gare. Il semblerait que ce baiser ait été jugé +intolérable+ par un agent de quai convaincu que ce droit est réservé aux couples hétérosexuels », a rappelé l’entreprise, expliquant que la victime s’était ensuite retournée vers le mouvement international pour l’égalité « All Out » pour dénoncer l’incident et interpeller Thalys au travers d’une pétition.

« Suite au signalement de ce grave incident, nous avons immédiatement déclenché une enquête avec l’aide de notre prestataire de services RailRest, dont le collaborateur incriminé est salarié. La personne en question a été suspendue et l’affaire suit son cours dans le respect du droit du travail », a déclaré Agnès Ogier, PDG de Thalys dans ce même communiqué.

L’entreprise a ajouté qu’elle allait « continuer à informer et agir, avec autant de pédagogie que de vigilance et de fermeté », notamment au travers de ses formations.

All Out a salué « une mesure forte ».

« Thalys utilisera le triste incident homophobe dont Mirjam a été victime au sein de ses formations pour l’égalité, afin qu’aucun autre client Thalys ne soit traité aussi honteusement », a commenté Guillaume Bonnet, directeur des campagnes d’All Out. La pétition avait été signée par plus de 61.000 personnes.

« Mirjam s’est plainte voilà plusieurs semaines, et Thalys n’a pas semblé prendre sa demande au sérieux. En moins de 24 heures, les autres membres d’All Out l’ont soutenue et poussé la célèbre entreprise à donner une réponse positive et respectueuse », s’est félicité l’organisation.