François Hollande ©Parti Socialiste

François Hollande ©Parti Socialiste

François Hollande donnait ce jeudi matin la 5e grande conférence de presse de son quinquennat. Le président de la République y a abordé de nombreux thèmes : politique internationale, environnement, mais aussi éducation. Voici les premiers retours sur les annonces du Président.

Une « grande école du numérique »

François Hollande est revenu sur l’éducation au numérique à l’école. « Le numérique sera enseigné, de l’élémentaire jusqu’à la terminale, avec des diplômes correspondants, et un plan sera présenté très prochainement ». Plus tard dans la conférence, le président de la République a annoncé la création d’une « grande école du numérique« . Elle « sera chargée de diffuser ses formations partout sur le territoire en plus de ce qui va être fait dans le cadre de l’enseignement », a-t-il expliqué.

Le chef de l’Etat a également souhaité que le français soit maîtrisé « dès la maternelle, puisque le français, c’est essentiel pour vivre en France, pour participer à la réussite de la France », a-t-il souligné. Il a également promis de « nouveaux moyens » pour la lutte contre le décrochage scolaire. Par ailleurs, « la formation des enseignants sera renforcée, améliorée pour les préparer à leur métier », a ajouté François Hollande, qui a tenu à « saluer l[‘]engagement » des professeurs.

Des annonces à concrétiser

Une autre annonce concernait les lycées professionnels, qui seront « revalorisés ». « Le parcours de ces jeunes sera accompagné, jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à l’acquisition du métier ».

Enfin, le président a rappelé le rôle crucial de l’école dans l’apprentissage de la laïcité. « C’est la meilleure arme », a estimé François Hollande. La laïcité « doit s’apprendre, ce sera fait dans l’école tout au long de la scolarité obligatoire ».

Des annonces pour la plupart déjà formulées par la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem. Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, en attend maintenant des « déclinaisons concrètes ». « Il ne suffira pas de rappeler la priorité de l’Education, il faut aller maintenant sur la concrétisation des mesures, sur la discussion de certaines mesures parce qu’il peut y avoir, il y a encore des désaccords sur certaines questions et il faut faire attention à ce que le soufflet de l’éducation ne retombe pas », a-t-elle souligné sur RTL.