L’UMP demande que les élèves n’ayant « pas respecté la minute de silence en hommage aux victimes des attentats terroristes » soient « impérativement convoqués, ainsi que leurs parents, et sanctionnés ».

C’est l’une des propositions publiées mardi par l’UMP qui estime que « suite aux événements particulièrement dramatiques que traverse notre pays, il est indispensable de réaffirmer les valeurs de l’école républicaine ».

« L’école doit retrouver ses fondamentaux en réaffirmant les valeurs de la République: une école du mérite et de l’effort où la note est la juste récompense de l’excellence et du travail, une école de la discipline où l’autorité des maîtres est respectée, une école qui fixe des repères où la transmission des principes moraux est une priorité », affirme l’UMP.

Ce parti propose de « sanctionner les fautes disciplinaires des élèves » par des travaux utiles au sein de l’établissement (nettoyer les classes, la cour de l’école…).

« Le service civique doit être élargi pour accueillir davantage de jeunes Français », affirme-t-il également.

Autres propositions: possibilité pour les responsables d’établissements de faire porter à « tous une même tenue », développement de « l’enseignement de la morale, de l’histoire de France et du fonctionnement des institutions républicaines », poursuite et amplification du programme de soutien « l’école des parents » pour réussir l’intégration, mis en place en 2008, pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

L’UMP veut également le respect du principe de laïcité pour les accompagnateurs bénévoles des sorties scolaires.

Autrement dit, elle ne souhaite pas que des mères voilées accompagnent les sorties. La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem avait déclaré en novembre dernier que les enseignants étaient les mieux placés pour en juger.

Ces propositions ont été élaborées lors d’une réunion lundi autour de M. Sarkozy, président du parti, avec les spécialistes UMP de cette question (notamment les anciens ministres de l’Education nationale Luc Ferry et Luc Chatel).