(Frantogian/CC)

Eric Ciotti (Frantogian/CC)

Dans les établissements scolaires, une centaine d’incidents ont été recensés durant la minute de silence organisée jeudi dernier en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. Suite à ces comportements, Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, a proposé des sanctions prévoyant jusqu’à la suppression des allocations familiales aux parents d’élèves ayant perturbé la minute de silence.

« Des failles majeures de l’autorité parentale »

« Les Français ont découvert avec stupéfaction » que cette minute de silence « avait été perturbée dans des centaines d’établissements scolaires », ce qui « témoigne d’une défiance à l’égard de la démocratie, mais elle traduit également des failles majeures de l’autorité parentale », écrit le député UMP des Alpes-Maritimes. Il a ainsi déposé ce jeudi une proposition de loi visant à rétablir le Contrat de responsabilité parentale supprimé en 2013 par le gouvernement. Ce contrat aura « pour objectif de rappeler aux parents qui se désengagent de leur responsabilité que le premier de leurs devoirs réside dans l’exercice de l’autorité parentale », souligne-t-il.

En septembre 2010, Eric Ciotti avait en effet fait voter un texte de loi permettant notamment de suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme de l’élève. Un dispositif supprimé en janvier 2013 par le Sénat. La ministre chargée de la réussite éducative George Pau-Langevin, indiquant alors que la loi n’avait concerné que 619 élèves sur 12 millions, et s’était révélée inefficace dans 77% des cas.