Sélectionner une page

Vallaud-Belkacem partage une minute de silence avec des lycéens parisiens

Najat Vallaud-Belkacem a assisté jeudi, à midi, à une minute de silence dans la cour du lycée Buffon à Paris sous la pluie, afin d’exprimer son « immense solidarité » aux proches des victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, a constaté une journaliste de l’AFP. « C’est aujourd’hui une journée de deuil national et je tenais à être […]

Vallaud-Belkacem partage une minute de silence avec des lycéens parisiens

Najat Vallaud-Belkacem a assisté jeudi, à midi, à une minute de silence dans la cour du lycée Buffon à Paris sous la pluie, afin d’exprimer son « immense solidarité » aux proches des victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, a constaté une journaliste de l’AFP.

« C’est aujourd’hui une journée de deuil national et je tenais à être présente (…) aux côtés des personnels et des élèves pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de hier (mercredi) et pour dire à leurs proches l’immensité de notre solidarité », a dit la ministre de l’Education nationale, dans une courte déclaration à la presse.

L’école, « c’est le lieu qui fait vivre et qui transmet les valeurs de la République, violemment attaquées hier », mercredi, a-t-elle ajouté, protégée par un parapluie.

Un millier de lycéens et élèves de classes préparatoires se sont réunis en cercle autour d’une inscription géante « Buffon est Charlie » au sol surplombant un dessin de crayon, réalisée spontanément par les élèves avec l’accord du proviseur, selon Anisse Boukraa, vice-président du Conseil de vie lycéenne.

« Ca nous a profondément touché, ce qui s’est passé, a-t-il dit. « Même si Charlie peut être considéré comme provocateur, ça ne mérite pas ça ». « On ne veut pas céder à la haine, à la peur, on ne veut pas d’amalgame ».

Le dessin, « c’était pour rendre hommage aux morts et aux familles », a expliqué Arthur, qui y a participé et était au rassemblement mercredi, place de la République à Paris. Il a appelé à manifester « encore et encore, que ce mouvement ne s’essouffle pas, que ce ne soit pas arrivé en vain ».

« Pensez à éteindre vos portables », a dit le proviseur après avoir expliqué qu’une première sonnerie marquerait le début de la minute de silence, et une deuxième sa fin. A la fin de cette minute, des applaudissements nourris ont retenti.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernier Reportage

Chargement...