Collège

Collège © Christian Schwier

Partout en France, plusieurs dizaines de collèges mènent une expérience originale : la mini-entreprise à l’école. Un programme proposé par Entreprendre pour Apprendre (EPA), une fédération d’une vingtaine d’associations, dont le but est de préparer les jeunes au monde professionnel, en permettant aux établissements scolaires de mettre en place des mini-sociétés dans des classes.

Les élèves doivent d’abord trouver une idée commercialisable – un service ou un produit. Puis, ils doivent réaliser une étude de marché, créer leur entreprise, collecter des fonds, et postuler pour un poste dans l’entreprise (lors de véritables entretiens d’embauche). Une fois en activité, la mini-entreprise participe ensuite au Salon des mini-entreprises, organisé par EPA.

Travail en équipe et prises de décisions

A Chauvigny, les 27 élèves de la 4ème 9, encadrés par leur professeur de technologie, ont ainsi créé leur société, Mégabox. Les adolescents conçoivent (pour commercialisation) un étui pour protéger l’unité centrale des ordinateurs des collèges du département, baptisé “The Box”.

Les responsabilités ont été réparties entre chacun – il existe ainsi le pôle “achats”, le pôle “finances” et le pôle “fabrication”. “La mini-entreprise met la classe en situation de création et de gestion d’entreprise. Les élèves conçoivent un produit, travaillent en équipe et prennent des décisions”, explique Eric Robuchon, le professeur de techno, à La Nouvelle République.

A Lusignan, au collège Jean-Monet, 13 élèves de 3ème, eux aussi encadrés par leur professeur de technologie, mettent en place une mini-entreprise (qui durera jusqu’en juin 2015). Leur objectif : commercialiser des enceintes Bluetooth. Ils ont ainsi mené une véritable étude de marché, afin de préparer le lancement de leur société. Ils imaginent aussi l’organisation de leur entreprise, avec une trésorerie (pour organiser une collecte de fonds), des ouvriers, un pôle “commercial” et un PDG, élu par ses camarades.

Les mini-entreprises se multiplient, et pas seulement dans la Vienne. Ainsi, en Charente-Maritime, les 18 élèves du groupe d’option découverte professionnelle du collège Didier-Daurat de Mirambeau ont créé leur mini-entreprise, “2D Société”. Eux aussi parrainés par leur professeur de technologie, leur but est de produire des objets à partir de produits de recyclage : un support de stylo en bois flotté, et un jeu de palets en bois de palettes. A l’issue de leurs travaux, les mini-entrepreneurs participeront à un concours réunissant 30 collèges au Futuroscope, en mai 2015, note Sud Ouest.