Le collectif « Sciences en marche » et des organisations syndicales devaient manifester jeudi à Paris, Toulouse, Lyon, Strasbourg, Lille pour dénoncer les coupes budgétaires dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Plusieurs manifestations ou rassemblements sont prévus dans l’après-midi à Paris (à partir de 14H00), Toulouse (15H30), Lyon (12H00), Strasbourg (14H00), Lille ou Le Havre, a indiqué jeudi à l’AFP Carmen Alava du Snesup-FSU, premier syndicat du secteur.

Les organisations appellent à manifester pour défendre l’emploi et les budgets alloués à l’enseignement supérieur et la recherche.

La Fage, deuxième organisation étudiante, « déplore le recul du gouvernement sur son engagement à sanctuariser le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche », dans un communiqué diffusé jeudi.

Les organisations dénoncent notamment le coup de rabot de 136 millions d’euros sur les crédits de la recherche et de l’enseignement supérieur, dont 70 millions vont aux universités, adopté par l’Assemblée nationale en novembre.

La secrétaire d’État française à la Recherche, Geneviève Fioraso, « s’était engagé à maintenir le budget des universités » et elle se bat depuis plusieurs semaines en ce sens , a affirmé son cabinet à l’AFP jeudi. « Elle a bon espoir que cela soit entendu », a-t-il ajouté.

Le président de la République doit évoquer le sujet vendredi lors du dîner de la conférence des présidents d’université.

Plusieurs milliers de scientifiques – 8.000 selon les organisateurs – avaient déjà manifesté le 17 octobre à Paris, à l’appel du même collectif, pour réclamer des moyens pour la recherche.