Des fleurs, des dessins d’enfants et des peluches étaient déposés vendredi devant une école primaire de Jujurieux (Ain), où était scolarisé un garçon de neuf ans mort la veille d’une allergie aiguë après avoir déjeuné à la cantine.

« Mathias, un ange parfait, tu es parti un peu trop tôt », « Mathias, on t’aime, on ne t’oubliera pas », pouvait-on lire parmi les messages rédigés d’une écriture enfantine, laissés devant le groupe scolaire Charles Juliet à Jujurieux, à 30 km de Bourg-en-Bresse, en hommage à la victime.

L’élève, qui avait des antécédents asthmatiques, s’était plaint en sortant de la cantine vers 13H00 et n’a pu être réanimé par les secours après avoir subi « une crise d’asthme aiguë, due à un choc anaphylactique (réaction allergique exacerbée, ndlr) », selon un médecin urgentiste intervenu jeudi.

Une enquête pour déterminer les causes du décès a été ouverte par le parquet de Bourg-en-Bresse. Une autopsie du corps devait avoir lieu ce vendredi.

Les adultes venus rendre hommage ou chercher leurs enfants à l’école en milieu d’après-midi n’ont pas souhaité s’exprimer sur le drame qui a frappé ce gros village de 2.100 habitants.

Les cas mortels d’allergie à la cantine sont très rares: une recherche dans les archives de l’AFP a fait apparaître un seul précédent en 2007 à Septèmes-les-Vallons (Bouches-du-Rhône), près de Marseille. Un garçon de presque neuf ans, allergique au fromage de brebis, était mort après en avoir mangé lors de son repas.