étudiante

© Ocskay Bence – Fotolia.com

Priorité pour l’hébergement, aide financière et accompagnement : les Crous vont mettre en place une série de mesures destinées à aider les étudiantes victimes de violences conjugales à s’en sortir. Une convention en ce sens a été signée entre le gouvernement et le Centre national des oeuvres universitaires et scolaires (Cnous) ce 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Elle vise à « offrir de l’hébergement à de jeunes étudiantes victimes de violences conjugales, avec une démarche beaucoup plus rapide, et un renforcement de l’accompagnement », a expliqué la ministre de l’Enseignement supérieur Najat Vallaud-Belkacem. Ces étudiantes pourront bénéficier d’une « aide financière » et d’une « orientation vers les bons dispositifs pour les accompagner vers la sortie des violences ».

Najat Vallaud Belkacem s’est également exprimée sur le « sujet harcèlement sexuel à l’université, sur lequel nous ne devons pas détourner les yeux ». Les procédures disciplinaires pour lutter contre ce fléau vont être facilitées, « y compris en garantissant une meilleure impartialité en faisant en sorte […] que les auteurs présumés ne puissent pas être à la fois juge et partie dans les commissions disciplinaires », a-t-elle indiqué. En outre, un « guide pratique pour se défendre contre le harcèlement sexuel » sera distribué dans les universités.