Sélectionner une page

Toulouse: une université en partie bloquée, protestations contre l’austérité

L’université Toulouse-Jean Jaurès (23.000 étudiants) était « partiellement bloquée », mardi, par des étudiants et personnes extérieures au campus protestant notamment contre les politiques d’austérité, a-t-on appris auprès de l’établissement. « Une partie des bâtiments est bloquée », a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’université, l’une des trois de la ville. Dans un communiqué publié mardi, le président […]

Toulouse: une université en partie bloquée, protestations contre l’austérité

L’université Toulouse-Jean Jaurès (23.000 étudiants) était « partiellement bloquée », mardi, par des étudiants et personnes extérieures au campus protestant notamment contre les politiques d’austérité, a-t-on appris auprès de l’établissement.

« Une partie des bâtiments est bloquée », a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’université, l’une des trois de la ville.

Dans un communiqué publié mardi, le président de l’université Toulouse – Jean Jaurès (ex-Mirail), Jean-Michel Minovez, a annoncé que la veille au soir, « plusieurs groupes » avaient pénétré sur le campus, puis étaient entrés « par effraction dans plusieurs bâtiments et sur les zones de chantier afin de s’emparer de tous les objets nécessaires à la formation de barricades ».

Cependant, la direction a décidé d’ouvrir mardi matin une partie des bâtiments. Aucun policier n’était en revanche présent sur le site, selon l’université.

Le président a déploré que les groupes occupant le campus soient « constitués pour partie d’éléments extérieurs à l’université » et que « la majorité » ne soit pas étudiante ». Il a appelé l’ensemble des personnels et étudiants « à faire entendre leurs voix ».

La grève et le blocage de l’université avaient été décidés à la mi-novembre par une assemblée générale d’un millier d’étudiants, pour protester contre leurs conditions d’études et le manque de moyens de leur faculté. Ils mettaient également en cause « les violences policières » et la « répression des manifestations », après la mort le 26 octobre de Rémi Fraisse sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn).

Samedi, des étudiants avaient ainsi participé à deux manifestations « contre les violences policières » à Toulouse. Ils scandaient « du fric pour les fac et les lycées, pas pour la police ni pour l’armée », un slogan devenu leur leitmotiv.

Lundi, M. Minovez avait reconnu dans un communiqué que « le projet de budget de l’Etat n’est pas à la hauteur des enjeux de formation, de recherche et d’emploi scientifique » et « place le service public d’enseignement supérieur et de recherche dans une situation d’austérité généralisée ».

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernier Reportage

Chargement...