Le Sénat a voté mercredi à l’unanimité une proposition de loi socialiste destinée à favoriser le recrutement et la formation des sapeurs-pompiers volontaires, dont les effectifs sont en forte baisse depuis 2002, en l’ouvrant aux jeunes en service civique

La proposition de loi de Roland Courteau (Aude) a été approuvée par 322 sénateurs, les 18 membres du groupe CRC (communiste, républicain et citoyen) s’étant abstenus.

Le texte doit encore être approuvé dans les mêmes termes à l’Assemblée nationale pour pouvoir être mis en oeuvre.

M. Courteau propose qu’une personne qui effectuerait dans le cadre du service civique de 6 ou 12 mois une mission d’intérêt général concourant à des missions de sécurité civile ou de prévention auprès, par exemple, d’un service d’incendie et secours, puisse suivre parallèlement une formation initiale de sapeur-pompier volontaire. Elle serait ainsi plus rapidement apte à participer à des interventions.

« L’une des difficultés auxquelles se heurte actuellement le recrutement des jeunes sapeurs-pompiers volontaires est la longueur de la formation initiale qu’ils doivent suivre », a estimé M. Courteau. « Et force est de constater que ce délai d’attente est source de découragement, voire de renoncement. »

Cette formation initiale est aujourd’hui fixée a au moins 30 jours, qu’il est possible de répartir sur trois années, et tant qu’elle n’est pas achevée, les nouvelles recrues ne peuvent pas partir en intervention.

Or, a souligné le sénateur de l’Aude, sur 40.000 services civiques conclus, seuls 471 l’ont etedans les services d’incendie et de secours.

« L’inscription de la formation initiale d’aptitude pour devenir sapeur-pompier volontaire dans le cadre d’un service civique constituerait véritablement un signal fort du recentrage de celui-ci autour de missions d’intéret général, comme la securitecivile », a-t-il estimé.

« Elle ouvre la possibilité pour les volontaires accueillis de temps d’immersion operationnelle, encadrés par des sapeurs-pompiers en activité, d’acquérir de la pratique et de l’expérience et d’appliquer sur le terrain la formation théorique reçue », a-t-il poursuivi. « Enfin ce texte permettra aux titulaires de la formation initiale, d’etre rapidement opérationnels a l’issue de leur service civique. »

En revanche, pour Dominique Watrin (CRC), il s’agit d' »un texte d’affichage concernant une faible proportion de jeunes ». Selon lui, « la question fondamentale est: comment adapter les réponses opérationnelles à des missions de secours en forte augmentation, alors que les contraintes financières pesant sur les collectivités territoriales limitent le recrutement et que les nuages juridiques s’amoncèlent au-dessus de l’activité des sapeurs-pompiers professionnels? »