Les candidats aux concours de professeurs sont plus nombreux pour la session 2015, y compris dans des matières dites déficitaires comme les mathématiques, l’anglais et les lettres modernes, a indiqué mardi dans un communiqué le ministère de l’Education nationale.

La hausse des candidatures permet « d’espérer un nombre de lauréats à la hauteur des besoins de recrutement et des 60.000 » créations de postes programmées sur le quinquennat, a estimé la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem.

L’académie de Créteil « malgré les améliorations, demeure en tension », indique le communiqué, précisant que la ministre présentera mercredi en Seine-Saint-Denis « de nouveaux leviers de recrutement pour mieux répondre aux besoins ».

Sur deux ans, le nombre de candidats en primaire a ainsi progressé de 72%. Plus de 71.000 candidats se sont inscrits contre 63.625 candidats en 2014 et 41.327 en 2013, pour 11.728 postes de professeurs des écoles à pourvoir, détaille le communiqué. Le ministère note une « progression marquée » dans les académies « où les besoins sont les plus forts » tels Créteil, Versailles, Amiens et Guyane.

Dans le second degré, le ministère dénombre 88.746 candidats pour 12.919 postes à pourvoir aux concours (Agrégation, Capes, Capet, Caplp, Capeps et CPE). C’est davantage qu’en 2014 (78.802 candidats) et en 2013 (76.174). Cela représente une hausse de 16,5% des candidatures depuis 2013.

La rue de Grenelle souligne également « une progression très sensible » dans les inscriptions au Capes pour les disciplines où l’on peine à recruter suffisamment de professeurs depuis plusieurs années: en mathématiques (4.682 candidats), en lettres modernes (3.349) et en anglais (4.255).