L’université Rennes-2 sera fermée mercredi « pour des raisons de sécurité », afin d’empêcher qu’une assemblée générale consacrée à la mort du jeune écologiste Rémi Fraisse se déroule sur le campus ce jour-là, a-t-on appris auprès de la direction de l’université.

Cette fermeture, décidée par Jean Emile Gombert, le président de Rennes-2 (langues, sciences sociales et humaines, lettres), « est liée à l’organisation de cette AG et par rapport aux heurts en centre-ville la semaine dernière », lors de manifestations liées à la mort de Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn), a indiqué à l’AFP la direction de l’université.

En outre, cette AG, « annoncée dans des tracts », ne devait être organisée ni par des syndicats ou des organisations professionnelles de Rennes 2, ni des syndicats étudiants, mais par des éléments extérieurs, a-t-elle fait valoir.

« Le président (de Rennes 2) n’a pas envie de prendre le risque d’exposer les étudiants et le personnel à une AG qui pourrait être agressive », a-t-on ajouté.

La fermeture de Rennes 2, annoncée aux étudiants, durera 24 heures.

Plusieurs manifestations, organisées ces derniers jours dans la capitale bretonne, ont donné lieu à des violences et des dégradations, après les évènements du barrage de Sivens.

Samedi, jusqu’à 300 manifestants, selon les autorités, ont défilé à Rennes en hommage à Rémi Fraisse, malgré l’interdiction de la préfecture. Cette manifestation s’est toutefois déroulée généralement dans le calme, avec un seul blessé léger enregistré parmi les contestataires. Quelque 300 à 350 policiers et gendarmes avaient été mobilisés, selon la préfecture.