Les enfants de la Réunion auront bien cours lundi: le Conseil d’Etat a confirmé dimanche la suspension de la décision de plusieurs maires de droite, qui voulaient fermer les écoles pour protester contre la baisse des dotations de l’Etat.

Avant même que la décision de la plus haute juridiction administrative du pays ne soit rendue, les maires avaient finalement décidé que les écoles ouvriraient.

« Les écoles seront ouvertes lundi », a déclaré Stéphane Fouassin, édile (UDI) de Salazie et président de l’Association des maires du département de la Réunion (AMDR), chef de file des frondeurs.

Une douzaine de maires de droite de l’île avaient décidé de mettre en congé lundi le personnel des écoles pour protester contre la baisse des dotations de l’État. « C’est un cri d’alarme que nous lançons », avait déclaré le sénateur-maire de Saint-Pierre, Michel Fontaine.

Le préfet avait alors saisi le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion, qui a suspendu vendredi la décision des maires, et leur a fait injonction de « prendre toutes les mesures nécessaires » pour accueillir les élèves lundi.

Sept communes avaient contesté cette décision devant le Conseil d’État, qui a donc rejeté dimanche les requêtes des élus.