© lefebvre_jonathan - Fotolia

© lefebvre_jonathan – Fotolia

Le ministère de l’Education nationale a publié ce jeudi 6 novembre une étude sur le redoublement depuis ces 20 dernières années. Le constat est clair : cette pratique est inefficace.

Une diminution du redoublement

Dans sa note intitulée ‘Forte baisse du redoublement : un impact positif sur la réussite des élèves’, la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) souligne que « plusieurs études ont montré que le redoublement est dans la plupart des cas inefficace, pénalisant et largement inéquitable ». Elle précise également que cette pratique a « considérablement diminué au cours des 20 dernières années« , entraînant un « effet positif » sur la réussite aux examens. En effet, la proportion d’élèves en retard scolaire en 3ème a été presque divisée par deux en vingt ans, passant de 46% en 1993 à 24% à la rentrée 2013. En 2013, moins de 2% des élèves avaient deux ans de retard, contre plus de 15% vingt ans auparavant.

La ministre Najat Vallaud-Belkacem, avait déjà annoncé fin septembre qu’elle limiterait les redoublements « à des cas exceptionnels » en mettant en avant l’accompagnement personnalisé des élèves en difficulté.

Le redoublement corrélé à la CSP

Par ailleurs, la politique de baisse du redoublement ne produit pas les mêmes effets selon le milieu. Par exemple, « la part d’élèves en retard en fin de collège chez les enfants d’ouvriers non qualifiés a diminué d’un tiers en dix ans, pendant qu’elle a été divisée par deux chez les enfants de cadres », relève l’étude.

Dans une récente note « Pisa à la loupe« , l’OCDE estimait aussi que « le redoublement peut non seulement s’avérer inefficace pour aider les élèves peu performants à surmonter leurs difficultés scolaires, mais également creuser les inégalités socio-économiques« .

Ainsi, le taux de redoublement reste très corrélé à la catégorie socioprofessionnelle de la famille de l’élève.

Le redoublement, un coût pour l’Etat

Le fait de prolonger la scolarité des enfants a été très coûteux pour l’Etat. Chaque année, le redoublement s’élève à 1,5 milliard d’euros, selon les calculs de RTL. En 20 ans, l’État aurait donc déboursé 30 milliards d’euros.