François Hollande a parié jeudi soir sur la pérennité de la réforme des rythmes scolaires, même en cas d' »alternance » politique, car il s’agit selon lui d’un « progrès considérable ».

« Il y a toujours plus urgent, mais si cette réforme n’avait pas été engagée, elle n’aurait jamais été faite », a-t-il déclaré sur mytf1news.fr.

« Je vous fais un pronostic: je ne sais pas quand aura lieu la prochaine alternance, mais cette réforme ne sera pas mise en cause, c’est un progrès considérable », a ajouté le chef de l’Etat alors que la droite dénonce cette réforme.

« Il faut accompagner encore financièrement les communes et cette réforme sera maintenant de plus en plus consensuelle », a-t-il souligné.

La réforme des rythmes, qui raccourcit la journée de classe, ajoute une cinquième matinée et introduit des activités périscolaires à la charge des communes, avait commencé à être mise en place à la rentrée 2013 et avait été la cible de critiques de certains parents, enseignants, élus UMP et maires inquiets. Elle a été généralisée à la rentrée 2014 à toutes les écoles publiques.