Le président François Hollande s’est dit favorable jeudi sur TF1 à l’élargissement du service civique, qui pourrait devenir un service civique « universel », d’une durée de deux ou trois mois, « dans un premier temps » sur la base du volontariat.

« Je veux faire cette réforme sur le service civique. Si on pouvait aller plus loin que ce qui se passe aujourd’hui (…) Aujourd’hui, il y a à peu près 35.000 jeunes qui sont en service civique (…) C’est peu, 35.000 (…) on voudrait l’élargir. Qu’on puisse aller vers un service qui pourrait s’appeler universel. On a besoin de cohésion dans notre pays. Il y a plein de personnes qui sont prêtes à donner un peu de temps ».

Ce service, d’une durée de « deux ou trois mois », au lieu de huit mois pour le service civique aujourd’hui, serait ouvert à « tout jeune français » ou « résident ». Il « ne coûterait rien », car les jeunes volontaires ne seraient « pas indemnisés ». « Le service civique tel qu’il est aujourd’hui coûte. Le service universel tel qu’il est prévu, tel que je l’annonce, ne coûterait rien puisque c’est par définition un temps qui serait donné », a expliqué le président.

« Très souple » et sur la base du volontariat « dans un premier temps », ce service universel pourrait devenir obligatoire si les Français le décidaient. « Si on veut que ce soit obligatoire, ça pourrait être une question qui est posée à l’occasion d’un référendum », a-t-il précisé.

« On peut aller dans un hôpital (…) dans une maison de retraite, on peut aller s’occuper de jeunes, on peut aller s’occuper d’une école (…) On n’est pas indemnisé, on vient donner son temps. On a entre 16 et 25 ans, on vient donner son temps. Ca n’est pas encore obligatoire, pour que ce soit obligatoire, c’est vrai que ça mériterait à ce moment-là un référendum », a-t-il conclu.