L’Assemblée nationale a voté jeudi la poursuite au même niveau en 2015-2016 des aides aux communes pour la mise en oeuvre de la réforme des rythmes scolaires, dans les écoles publiques ou privées sous contrat.

Face aux critiques de l’ensemble des associations d’élus sur le coût de cette réforme, dans un contexte de baisse des dotations aux collectivités, le Premier ministre Manuel Valls avait indiqué mardi que le gouvernement soutiendrait des amendements de la gauche au projet de budget de l’Etat afin de maintenir le fonds d’amorçage « à son niveau actuel ».

Les aides seront toutefois conditionnées à la conclusion par les communes d’un « projet éducatif territorial », afin que le fonds ne finance pas une simple « garderie » pour les enfants, en vertu de ces amendements identiques des socialistes, radicaux de gauche et écologistes.