Des étudiants des Science Po Aix manifestent pour demander la démission du directeur

logo AFP

Cent cinquante étudiants de l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) d’Aix-en-Provence ont manifesté, mardi, pour réclamer la démission de son directeur Christian Duval après la menace, faite par six autres IEP, d’exclure Aix du concours commun d’entrée.

Aux cris de « Duval démission », les manifestants ont symboliquement déposé un diplôme sur un cercueil placé devant la porte de l’institut. « Notre priorité, c’est de rester dans le concours commun », a déclaré Antoine Bruneton, étudiant en 4e année et porte-parole du collectif étudiant pour la transparence à Sciences Po Aix.

Les étudiants réclament l’annulation de tous les partenariats noués par l’IEP d’Aix avec d’autres écoles notamment à l’étranger qui délivrent, selon eux, des « diplômes au rabais ».

« Cela va vite pourrir la situation à Aix-en-Provence et entraîner la perte de valeur de notre diplôme », s’inquiète une étudiante.

Début octobre, les responsables de six autres instituts de Science Politique, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse et Saint-Germain-en-Laye ont sommé M. Duval de s’expliquer sur cette externalisation des diplômes, menaçant d’exclure Science Po Aix du concours commun d’entrée. M. Duval doit s’expliquer devant eux jeudi et espère obtenir, une sortie de crise.

« J’ai dénoncé tous les partenariats avec les écoles à l’étranger où, depuis 2012, nous organisions en formation continue ou en alternance le master Managment de l’information stratégique », a précisé M. Duval lors d’un point de presse mardi à Aix-en-Provence.

Le directeur estime que 80 masters ont été délivrés à l’étranger. Les partenariats qui devaient débuter en 2014 ont également été dénoncés. Seule une convention avec l’Institut de gestion sociale de Paris a été maintenue, la convention liant les deux écoles arrivant à échéance en 2015. M. Duval assure avoir le souci de « préserver le concours commun » qui sera présenté le 15 novembre lors d’une conférence de presse.

M. Duval rencontrera jeudi également la directrice générale de l’Enseignement supérieur.

« Je comprends les étudiants même si leurs neuf représentants au conseil d’administration avaient voté ces partenariats », assure le directeur qui a reçu, la semaine dernière, Christine Lagarde, la présidente du FMI étant présidente du conseil d’administration de l’IEP d’Aix-en-Provence.

A l’issue d’un audit commandé à « une commission indépendante de l’Université Aix-Marseille », portant sur les différentes externalisations des formations à l’étranger, « j’engagerai ma responsabilité devant le conseil d’administration », a annoncé Christian Duval.

Réunis en assemblée générale, lundi, les élèves de l’institut qui déplorent une absence de transparence, ont appelé à une « journée banalisée » jeudi, les discussions devant ce jour-là remplacer les cours.

La crise avait pris, en juillet, un tour public avec la démission de quatre enseignants dont deux élus du conseil d’administration de l’institut. L’IEP d’Aix-en-Provence accueille 1800 étudiants.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.