Le calendrier scolaire fait perdre aux stations de ski 3% de recettes (PDG Compagnie des Alpes)

logo AFP

Le calendrier scolaire tel qu’il est conçu aujourd’hui a fait perdre aux stations de ski 3% de leurs recettes ces dernières années, a déploré vendredi le PDG de la Compagnie des Alpes, Dominique Marcel, selon qui 30.000 emplois sont menacés.

Le décalage des vacances vers mai, « ça nous a fait perdre 3% de recettes ces dernières années », a dit M. Marcel sur BFM Business.

Selon le syndicat patronal Domaines skiables de France, le débordement jusqu’au 6, au 9 ou au 12 mai des vacances de Pâques depuis 2011 a fait perdre 3% de chiffre d’affaires aux stations de ski sur l’ensemble de leur saison.

Les stations de ski ne font plus que 2% de leur saison lors des vacances de printemps, contre plus de 4% il y a encore trois ans et 8% en moyenne entre 1994 et 2010, quand les vacances terminaient au plus tard le 2 mai.

Selon Dominique Marcel, 30.000 emplois par an sont menacés si le calendrier actuel perdure.

« Si, comme on l’a fait depuis quelques années, on décale les vacances de printemps en mai, c’est pour nous 30.000 emplois en moins (pour les professionnels de la montagne sur un an, ndlr), on a fait le calcul », a-t-il dit.

Ce scénario ne s’est pas encore réalisé mais pourrait devenir réel rapidement si le calendrier du printemps reste en l’état, a précisé la Compagnie des Alpes auprès de l’AFP.

« Le problème du tourisme (en montagne) est que c’est une activité saisonnière » qu’il faut « rentabiliser en quatre ou cinq mois, alors que la plupart des activités se rentabilisent sur une année », a dit M. Marcel.

Or avec les vacances qui débordent en mai, « il y aura de moins en moins de ski de printemps », a plaidé M. Marcel, et « c’est non seulement des emplois directs (en moins) mais ça veut dire aussi que la compétitivité globale est atteinte », parce qu' »il faudra amortir la saison sur une période beaucoup plus réduite », « ce qui veut dire des prix plus élevés et ainsi de suite… »

Le PDG de Compagnie des Alpes a implicitement appelé à une modification du calendrier scolaire: « l’État peut faciliter les choses » pour aider le tourisme à se développer, « en modifiant ou en améliorant l’environnement normatif ».

Les professionnels du tourisme bataillent sur le calendrier scolaire. Outre la question des vacances de printemps, ils souhaitent aussi -pour la plupart d’entre eux – l’introduction d’un zonage sur les vacances d’été dans le cas où celles-ci seraient raccourcies.

Le ministère de l’Éducation nationale avait indiqué à l’AFP le 16 octobre qu’il entendait recevoir prochainement les professionnels à propos du calendrier scolaire, tout en faisant comprendre qu’il n’est pas question de rouvrir rapidement le dossier.

La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem « a indiqué que dans les prochaines semaines, les prochains mois, elle avait énormément de réformes à mener, et (que) donc elle ne pouvait pas ouvrir immédiatement cette question. Mais la position du ministère n’a pas du tout changé là-dessus », avait dit le ministère à l’AFP, entrebâillant ainsi la porte pour une possible négociation ultérieure.

ak/fka/jmg

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.