La LMDE, première mutuelle étudiante, toujours en difficulté

logo AFP

La Mutuelle des étudiants (LMDE), dont près d’un million d’étudiants sont tributaires pour le remboursement de leurs frais de santé, doit trouver une nouvelle solution de financement, après le refus vendredi de la mutuelle de l’Education nationale de la prendre sous son aile.

Réunis en conseil d’administration, les élus de la Mutuelle générale de l’Education nationale (MGEN) ont décidé de « mettre un terme aux conventions de gestion » qui la lient à la LMDE en raison de « l’absence de visibilité », selon un communiqué publié à l’issue du vote.

La MGEN s’engage toutefois à maintenir son partenariat avec la LMDE pour les « prestations complémentaires » liées à la mutuelle.

Sous surveillance depuis un an après des difficultés financières, la LMDE a été placée en juillet sous administration provisoire en raison d’un manque de fonds propres.

Dans une étude publiée en septembre, la Fage, deuxième organisation étudiante, et l’UFC-Que choisir déploraient la « persistance de graves dysfonctionnements dans la gestion » des mutuelles étudiantes.

Le problème des remboursements de soins figurait en tête des griefs: 65% des 273 étudiants qui avaient répondu à l’enquête pointaient « des difficultés et des retards ».

La Sécurité sociale des étudiants est déléguée à deux organismes, la LMDE et le réseau de mutuelles régionales EmeVia. Elles remboursent les dépenses de soins d’un peu plus d’1,7 million d’étudiants et ont perçu à ce titre 93 millions d’euros de l’Etat en 2013.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.