Enseignante accusée du vol de 124 copies du bac : le procès renvoyé en janvier 2015

logo AFP

Le procès d’une professeur de Saint-Quentin (Aisne), suspectée d’avoir accusé à tort son ex-compagnon du vol de 124 copies du bac finalement retrouvées intactes dans sa poubelle, a été renvoyé au 20 janvier 2015, a indiqué mardi son avocat.

L’audience prévue mardi a été reportée à la demande de l’avocate de la prévenue qui attend le rapport de l’audition de l’inspectrice d’académie entendue au commissariat d’Amiens dans le cadre d’un supplément d’information.

La professeur de philosophie âgée de 49 ans est poursuivie devant le tribunal correctionnel de Saint-Quentin pour dénonciation calomnieuse et abus de confiance.

En juin dernier, elle avait alerté la police, accusant son ex-compagnon de lui avoir dérobé une enveloppe contenant les copies de l’épreuve de philosophie du bac qu’elle devait corriger.

Les enquêteurs avaient alors perquisitionné, sans succès, le domicile de l’homme connu de la justice pour des violences conjugales, qui avait démenti toute implication pendant sa garde à vue.

Les policiers avaient ensuite fouillé le domicile de l’enseignante et retrouvé les copies intactes dans une poubelle individuelle posée devant l’entrée.

« Les copies n’ont jamais disparu. Elle a fait une fausse déclaration pour, semble-t-il, nuire à son ex-conjoint », avait indiqué le procureur de Saint-Quentin.

La prévenue, qui a été examinée par des psychiatres à la demande du magistrat instructeur, a toujours nié cette version des faits.

Les copies retrouvées avaient été redistribuées chez d’autres examinateurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.