Cazeneuve annonce des effectifs de police supplémentaires à Corbeil-Essonnes

logo AFP

Bernard Cazeneuve a annoncé mardi des effectifs supplémentaires de police à Corbeil-Essonnes, où trois bâtiments municipaux, dont deux écoles, ont été incendiés en deux semaines.

Face à des « acte graves de délinquance », le ministre de l’Intérieur a annoncé lors des questions au gouvernement à l’Assemblée une brigade de CRS « supplémentaire sur la ville de Corbeil », ainsi que « des moyens supplémentaires de police judiciaire, en adjoignant des effectifs de la direction régionale de police judiciaire de Versailles ».

Promettant « une présence constante » dans le quartier où ces actes se sont produits, il a annoncé aussi « une mobilisation totale des effectifs de la circonscription de sécurité publique et en y adjoignant des effectifs du département ».

« A travers les moyens que nous mobilisons, nous sommes déterminés à démanteler cette poignée d’individus qui constituent une filière organisée du crime », a affirmé le ministre, qui répondait à une question du député socialiste et conseiller général de Corbeil-Essonnes Carlos Da Silva.

Mardi matin, en déplacement à Corbeil-Essonnes au côté de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, Bernard Cazeneuve avait dit la « détermination » du gouvernement « à faire en sorte que le droit passe ».

Qualifiant l’incendie récent d’un école d’événement « grave », Mme Vallaud-Belkacem a évoqué « une violence physique et symbolique inouïe » destinée « à terroriser la population ».

Trois équipements municipaux ont été incendiés en deux semaines à Corbeil-Essonnes par des voitures-bélier en flammes: une école et une médiathèque du quartier sensible des Tarterêts, dans la nuit du 5 au 6 octobre, et une nouvelle école dans la nuit de dimanche à lundi.

Une partie de la population s’interroge sur l’éventualité d’un lien entre ces incendies et la mise en examen en janvier du maire UMP Jean-Pierre Bechter, dans une enquête sur des soupçons d’achats de vote.

Plusieurs enquêtes en lien avec la mairie, dirigée de 1995 à 2009 par l’avionneur Serge Dassault, sont toujours en cours, pour racket, menaces ou tentatives d’homicide. En avril, le sénateur UMP avait été mis en examen pour « achat de votes », dans la même affaire que Jean-Pierre Bechter.

« La justice doit nous aider à en finir avec les règlements de compte » entre « gangsters », a lancé aux ministres Bruno Piriou, conseiller général Front de gauche.

« Il y a des procédures judiciaires en cours, chacun les connaît », a répondu Bernard Cazeneuve dans l’école brûlée lundi, recouverte de suie du sol au plafond. « Le problème à Corbeil-Essonnes est d’abord celui du rétablissement de l’ordre public. »

Jean-Pierre Bechter, présent lors de la visite et malmené par certains parents, a réaffirmé qu’il n’y avait « pas de dérives » dans sa ville.

Il avait dit lundi soir qu’il « ne pense pas » que ces incendies aient un lien avec sa mise en examen.

La police judiciaire de Versailles a été chargée de l’enquête.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.