Qui sont les enseignants français en 2014 ?

La MGEN dévoilait le 16 octobre, une étude sur le profil de la nouvelle génération d’enseignants. Elle révèle de profondes mutations, entre autres des effectifs plus jeunes et plus connectés.

Classe

Classe © Prod. Numérik – fotolia.com

La profession rajeunit

L’étude intitulée « Le Monde des enseignants a changé« , réalisée par la MGEN avec l’institut Sociovision auprès de 1 409 enseignants de la maternelle au lycée, révèle que la population enseignante a pris un sacré coup de jeune. Aujourd’hui, 23% des enseignants ont moins de 35 ans. L’ouverture de postes aux concours depuis 2012 et la vague de départ à la retraite des « babyboomers » amorce un renouvellement des générations.

Féminisation des équipes

Cette nouvelle génération d’enseignants engendre une féminisation des équipes. Deux tiers des professeurs sont des femmes, proportion qui monte à 82% chez les enseignants de moins de 35 ans. La majorité d’entre elles sont aussi des jeunes mères de famille.

Mutation sociale

Le nouveau professeur est souvent un enfant de cadres du privé et partage sa vie avec un salarié du privé. Une réelle mutation sociale s’opère : 30% des aînés partagent leur vie avec d’autres enseignants, contre seulement 15% pour la nouvelle génération. D’après la MGEN, « cela signifie que si les ménages enseignants des anciennes générations étaient plus ou moins à l’abri des aléas de l’économie, il n’en est pas de même pour les jeunes enseignants dont les ménages sont directement exposés aux difficultés actuelles ».

Des jeunes connectés

Jeunes et anciens partagent les mêmes valeurs, mais ils ne les expriment pas de la même façon. L’engagement des jeunes enseignants passe moins par le tissu associatif et s’exprime davantage de manière informelle, en particulier via Internet, les forums d’enseignants et les réseaux sociaux. « En termes de connectivité, nous constatons un vrai saut de génération, qui se situe autour de 35 ans. 76 % de ces moins de 35 ans sont sur Facebook contre 32% de leurs aînés », explique la MGEN. Ces jeunes enseignants figurent même dans le trio de tête des corporations les plus connectées : 62 % ont déclaré ne pas pouvoir se passer d’un accès à internet mobile, alors que ce n’est le cas que pour 39 % des salariés français. Cette connectivité des jeunes professeurs pourrait ouvrir des perspectives en terme d’usages numériques.

Enseigner, une passion

Pour près de la moitié d’entre eux, l’enseignement est le lieu privilégié de leur développement personnel, contre 28% des salariés français. Quel que soit le parcours des enseignants, la passion de l’enseignement, de la pédagogie et de l’utilité sociale demeure la principale motivation  pour intégrer l’Education nationale, que l’on ait fait un autre métier avant ou non. Loin devant la sécurité de l’emploi ou les vacances.

Une fatigue physique

61% des enseignants, se sentent sous pression psychologique. Le chiffre est similaire pour les jeunes et les anciens. Près de la moitié des jeunes enseignants éprouvent une fatigue physique significative. « A l’heure du digital, il existe peu de métiers du tertiaire qui mobilisent autant le corps et l’esprit », souligne la MGEN. En toute logique, plus l’enseignant a l’impression que son métier a un impact lourd sur sa santé, moins il est satisfait de son travail. Si 33% des enseignants satisfaits disent que leur métier est physiquement fatigant, ce chiffre grimpe à 46% chez les insatisfaits.

Des enseignants désireux d’évoluer

Les jeunes enseignants qui intègrent l’Education Nationale changeront probablement davantage de métier que leurs aînés. L’enquête révèle qu’un jeune enseignant sur deux souhaite voir sa carrière évoluer. 88% d’entre eux souhaitent évoluer au sein de l’Education Nationale et 30% sont ouverts à une autre carrière, souvent dans les métiers de la formation ou de l’économie sociale. L’immense majorité de cette nouvelle génération d’enseignants ne souhaite donc pas passer quatre décennies face aux élèves. Un souhait qui n’a jamais vraiment été entendu jusqu’ici.

 

Diane Dussud

 

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.