Plusieurs milliers de chercheurs manifestent à Paris

logo AFP

Plusieurs milliers de chercheurs se sont rassemblés vendredi après-midi Porte d’Orléans à Paris, pour alerter sur la situation « dramatique » de l’emploi scientifique et réclamer davantage de moyens financiers et humains pour la recherche.

La secrétaire d’Etat à la Recherche, Geneviève Fioraso, avait estimé peu avant le début de la manifestation « pas réaliste dans la conjoncture actuelle » de demander plus d’argent à l’Etat pour la recherche.

Un groupe d’environ 150 scientifiques à vélo, avec à leur tête Patrick Lemaire, initiateur du mouvement Sciences en marche, a été chaleureusement applaudi à son arrivée.

Le cortège a pris la direction de la Place Vauban, près de l’Ecole militaire, derrière une banderole proclamant : « Enseignement supérieur et recherche : une autre politique est possible ».

« Science en marche, mais plus pour longtemps », « Nous travaillons pour votre avenir », pouvait-on lire sur les banderoles.

« Cela fait 10 ans que les chercheurs n’étaient pas descendus dans la rue », a souligné Patrick Lemaire, parti à vélo de Montpellier il y a trois semaines.

« On a ressenti le soutien du public et des élus locaux », a souligné le biologiste, dressant le bilan de trois semaines de mobilisation à travers la France.

Soutenu par les organisations syndicales, le collectif réclame davantage de crédits et la création de nouveaux emplois pour la recherche et l’enseignement supérieur, « dans une crise profonde ».

Le collectif chiffre à 20 milliards d’euros sur 10 ans le « plan d’urgence » qu’il propose : augmentation des budgets de fonctionnement des universités et des organismes de recherche et plan pluriannuel de création d’emplois statutaires.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.