Fioraso : « pas réaliste » de demander plus d’argent à l’Etat pour la recherche

logo AFP

La secrétaire d’Etat à la Recherche, Geneviève Fioraso, estime « pas réaliste » de demander plus d’argent à l’Etat pour la recherche, alors que les chercheurs manifestent vendredi à Paris pour réclamer des moyens financiers et humains.

« Je rappelle que les crédits de la recherche ont été préservés : demander davantage d’argent à l’Etat ne me paraît pas réaliste dans la conjoncture actuelle », déclare Mme Fioraso dans un entretien au quotidien L’Opinion.

La secrétaire d’Etat indique comprendre les inquiétudes des chercheurs et reconnaît que la situation des docteurs d’université n’est « pas satisfaisante, avec un taux de chômage moyen des docteurs deux fois plus élevé que celui des ingénieurs ».

Elle estime que « l’insuffisance de recrutements des docteurs dans le secteur privé » est, avec « la fin des départs à la retraite des baby boomers », un des facteurs « qui pèse sur l’emploi scientifique ». « Il y a donc une situation que nous devons corriger et je m’y emploie », ajoute-t-elle.

Mme Fioraso en appelle aussi à la responsabilité des chercheurs, affirmant qu’ils « pourraient se tourner davantage vers l’Union européenne ».

« Certains responsables de laboratoires, d’unités ou de projets de recherche estiment que le management et la recherche de budgets ne font pas partie de leurs attributions », déplore-t-elle.

« Pourtant, ils doivent absolument anticiper et accompagner les carrières des jeunes chercheurs », poursuit-elle.

En ce qui concerne le Crédit d’Impôt Recherche, que les chercheurs souhaiteraient voir réformé pour dégager des moyens supplémentaires pour la recherche, Mme Fioraso souligne qu’il est « sanctuarisé ».

« Il y aura toutefois un débat sur ce sujet à l’Assemblée nationale lors de l’examen du budget », indique-t-elle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.