Valls: « nécessité d’assouplir » le marché du travail, pour le « rendre plus flexible »

logo AFP

Manuel Valls a demandé jeudi aux entreprises d’ouvrir leurs portes aux jeunes, estimant vanter « suffisamment la nécessité d’assouplir, pour le rendre plus flexible, le marché du travail » pour obtenir des « engagements » de leur part.

Affirmant que la France doit savoir « intéresser ses jeunes diplômés », le Premier ministre a dit que les entreprises « doivent faire confiance à la jeunesse, lui ouvrir des portes et des perspectives ». M. Valls prenait la parole lors d’un discours tenu à l’occasion d’un colloque national de Jeunesse et Entreprises, à l’Ecole nationale des Arts et Métiers à Paris.

Il s’exprimait après un discours d’Yvon Gattaz, président-fondateur de « Jeunesse et entreprises », ancien président du CNPF et père du président du Medef, Pierre Gattaz.

« Quand j’entends dire ça-et-là certains entrepreneurs résumer la question de l’emploi des jeunes à celui d’un Smic minoré, d’un CDD bradé, d’un CDI inaccessible. Je me dis qu’ils ne sont pas à la hauteur de l’enjeu », a déclaré le chef du gouvernement.

« Je suis suffisamment conscient des réalités de l’entreprise, je vante suffisamment la nécessité d’assouplir – pour rendre plus flexible – le marché du travail, je suis suffisamment, je l’espère, convaincant vis-à-vis des entreprises en engageant 40 milliards (d’euros) sur trois ans de soutien et d’aides pour baisser leur fiscalité et le coût du travail, pour appeler aussi (à) l’engagement – et je ne doute pas de cet engagement – des entreprises », a -t-il poursuivi.

« La jeunesse n’est pas une charge, c’est un investissement », a-t-il dit.

Faisant allusion à son discours devant le Medef fin août, il a ironisé: « je me fais applaudir par le fils, je peux bien me faire applaudir par le père ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.