Scolarisation d’une handicapée: le TA de Montpellier s’en remet au Défenseur des droits

logo AFP

Le président du tribunal administratif de Montpellier saisi en référé liberté sur une demande de scolarisation d’une enfant handicapée a repoussé mardi sa décision dans l’attente des propositions du Défenseur des droits auquel il a demandé de trouver une solution.

« Avant de statuer sur la requête, il est confié au Défenseur des droits la mission de préciser, conjointement avec les autorités publiques mises en cause (…) les conditions dans lesquelles (…), dans le respect de ses droits fondamentaux, l’enfant pourrait être accueillie en milieu scolaire et/ou hospitalier », écrit le président du tribunal dans sa décision dont l’AFP a obtenu une copie.

Le tribunal a donné un délai de deux mois au Défenseur des droits pour rendre un avis motivé. Il est également chargé, « dans la mesure qui lui semblera possible » de « tenter de concilier les parties ».

Il s’agit d’une décision inédite du TA, selon Me Sandrine Serpentier Linares, l’avocate de l’association « Égalité qualité de vie des enfants en situation de handicap (Equaleh) », précisant qu’elle concerne une fillette autiste de 9 ans.

« Seulement, nous avons déjà saisi le Défenseur des droits en juillet 2013 pour l’alerter dans de nombreux cas d’enfants déscolarisés et en danger. Nous attendons encore son intervention qui est restée inefficace », a ajouté la présidente d’Equaleh, Mme Emmanuelle Hernandez.

Dans son ordonnance, le président du tribunal constate que la non scolarisation est « susceptible de causer des retards irréversibles ». Mais il considère aussi qu’il n’y « aucune carence grave et avérée des autorités publiques » car l’enfant souffre « d’une pathologie lourde ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.