La demi-journée d’école banalisée maintenue à Paris ce 15 octobre

La demi-journée sans classe du mercredi 15 octobre sera maintenue à Paris malgré le recours lancé par la FCPE, a indiqué le rectorat.

salle de classe vide

© archideaphoto – Fotolia.com

La demi-journée de classe banalisée prévue ce mercredi 15 octobre à Paris aura bien lieu malgré le recours de la fédération de parents d’élèves FCPE.

Le recours des parents rejeté par le tribunal

Le tribunal administratif a rejeté hier le recours en urgence de la FCPE car « la sup­pres­sion d’une seule demi-journée d’enseignement ne pou­vait être regar­dée, à l’aune de l’ensemble du calen­drier sco­laire, comme por­tant une atteinte suf­fi­sam­ment grave aux inté­rêts des élèves pour jus­ti­fier une telle situa­tion d’urgence ».

Le président de la FCPE Hervé-Jean Le Niger a dénoncé « une rup­ture du ser­vice public de l’Education natio­nale« . « Le résul­tat c’est que 136 000 élèves de Paris per­dront trois heures de cours mer­credi matin », a-t-il déploré.

Colère des parents d’élèves et des maires

Cette demi-journée banalisée, organisée pour permettre aux enseignants de travailler sur le projet de socle commun, est très critiquée par les parents et les maires, qui lui reprochent de se dérouler sur le temps scolaire. L’Association des maires de France (AMF) avait réclamé le 24 septembre dans un courrier à la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem son report sur le volume horaire dédié aux 108 heures annualisées des enseignants.

Les associations de parents d’élèves PEEP et FCPE avaient déposé des recours en référé, respectivement pour les départements du Val-de-Marne et de Seine-et-Marne, où la consultation devait avoir lieu ce lundi 13 octobre. Sous la pression des parents, l’Académie de Créteil avait toutefois décidé de reporter la consultation à une date ultérieure dans ces 2 départements.

Hier, Najat Vallaud-Belkacem a défendu la banalisation de cette demi-journée de cours, estimant qu’elle était organisée « pour le bien des enfants ».

Dans les départements des Hauts-de-Seine et du Val-d’Oise, où la FCPE a également déposé des recours, le rectorat a maintenu pour l’instant la demi-journée banalisée, sans préciser quand les recours des parents seraient examinés.

Source(s) :
  • avec AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.