Bouches-du-Rhône: la justice suspend les délibérations de mairies opposées aux rythmes scolaires

logo AFP

Le tribunal administratif (TA) de Marseille a suspendu les délibérations des conseils municipaux de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis du Rhône (Bouches-du-Rhône) qui refusaient l’application des nouveaux rythmes scolaires, a-t-il indiqué mardi dans un communiqué.

La décision a été prise par le juge des référés, autrement appelé « juge de l’évidence », qui considère qu’il existe « un doute sérieux » quant à la légalité de ces délibérations, ce qui « justifie d’en interdire toute application dans l’immédiat ».

« Les délibérations en litige indiquent expressément que les communes précitées entendent maintenir les horaires (…) et rester à la semaine de 4 jours, alors que les dispositions applicables(…) prévoient la seule compétence du directeur académique des services de l’éducation nationale pour arrêter l’organisation de la semaine scolaire », explique le TA.

« Or, il ne résulte de l’instruction, en l’espèce, ni que le directeur académique des services de l’éducation nationale a donné son accord à une dérogation aux dispositions du code de l’éducation, ni que la commune se serait vue accorder par le recteur d’académie une autorisation d’expérimentation relative à l’organisation des rythmes scolaires », poursuit le tribunal.

Joint par l’AFP, René Raimondi, le maire (PS) de Fos-sur-Mer, a indiqué ne pas être « surpris » par cette décision du tribunal, mais regrette que les nouveaux rythmes « nous tirent vers le bas par rapport à ce qui est fait chez nous ».

A la rentrée, M. Raimondi avait fait partie des opposants à cette nouvelle organisation scolaire.

Il avait alors expliqué que des activités périscolaires étaient organisées dans sa commune « depuis 15 ans », entre midi et deux heures, et les soirs, et proposait d’allonger les 4 matinées de classes d’une demi-heure pour respecter l’esprit de la réforme (plus de travail le matin, où l’attention des enfants est meilleure).

Il n’avait cependant jamais empêché l’accès aux écoles, mais n’avait pas, dans un premier temps, adapté l’organisation municipale à ses rythmes, notamment, les transports scolaires.

« Aujourd’hui, il y a encore des parents qui n’envoient pas leurs enfants le mercredi matin, mais il n’y a pas de consignes de notre part en ce sens », précise-t-il.

Le maire de Fos-sur-Mer et son collègue de Port-Saint-Louis (où la situation est similaire), Martial Alvarez, doivent être reçus au ministère de l’Education nationale jeudi par le cabinet de la ministre Najat Vallaud-Belkacem pour évoquer le dossier et demander une « expérimentation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.