Luc Jacquet lance « La glace et le ciel », un projet multimédia sur le climat

logo AFP

Le réalisateur Luc Jacquet, oscarisé en 2006 pour « La marche de l’empereur », a dévoilé lundi son projet multimédia centré sur le changement climatique via notamment une plateforme pédagogique en accès libre et, en 2015, un documentaire sur les pionniers de la glaciologie.

« Avant d’être cinéaste, j’ai été écologue, je suis parti comme étudiant en Antarctique en 1992, puis il y a quelques années j’ai rencontré le pionnier de la glaciologie Claude Lorius », a raconté le réalisateur de passage à Paris. « Aujourd’hui, je veux raconter en images la vie de Claude, transmettre ce que j’ai appris avec un projet au carrefour de la science et du cinéma », ajoute-t-il.

La vie de Claude Lorius sera la trame du documentaire « La glace et le ciel » qui sortira en salle en octobre 2015: d’incroyables images d’archives des premières expéditions en Antarctique dans les années 50 seront combinées à un vagabondage du scientifique sur des lieux emblématiques du réchauffement inédit que connaît la planète aujourd’hui.

« Nous sommes allés en Antarctique, sur les glaciers des Alpes, en Polynésie, en Namibie, en Californie », précise Luc Jacquet, auteur cette année du documentaire « Il était une forêt » pour lequel il a étroitement travaillé avec le spécialiste des forêts tropicales Francis Hallé.

Reprenant le principe d’une collaboration avec les grands spécialistes d’une discipline, le réalisateur a mis au point avec son équipe un projet pédagogique également baptisé « La glace et le ciel », dont la première partie sera disponible gratuitement sur internet à partir de mardi.

Les supports utilisent l’image animée pour raconter le travail des glaciologues, de courtes vidéos pour expliquer les concepts du climat et du réchauffement et des mini-entretiens de deux minutes avec les plus grands climatologues françaises.

Dans l’un d’entre eux par exemple, Gilles Ramstein, modélisateur du climat, explique que « le climat a toujours varié au cours du temps » mais que « le changement actuel a un élément différent: la vitesse à laquelle il survient ».

« La question n’est pas tant de sauver la planète, qui se sortira de toutes les situations, mais plutôt de sauver l’homme qui aura des difficultés à survivre dans un environnement qui lui sera défavorable », poursuit-il.

« L’idée, c’est de donner des supports aux instituteurs et professeurs pour qu’ils s’approprient le sujet et qu’ils bâtissent leur propre projet éducatif », a expliqué Laurent Desse, responsable pédagogique.

Deux modules éducatifs complémentaires seront mis à disposition en 2015, l’un sur les conséquences du changement climatique et l’autre sur les solutions possibles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.