Une Bordelaise accuse la société de transports urbains Kéolis, filiale de la SNCF, d’avoir oublié son fils de 9 ans dans un car où il serait resté, selon cette mère de famille, enfermé toute une journée, a indiqué samedi à l’AFP un responsable de la police locale.

Une plainte pour « mise en danger de mineur » a été déposée en fin de semaine par la mère du petit Charles qui dit avoir été oublié par son accompagnatrice et le chauffeur du car dans le véhicule, a précisé le commissaire de police Nicolas Pérez.

La plainte contre l’accompagnatrice et Kéolis, société gérant le réseau de transports en commun (trams et bus) de la Communauté urbaine de Bordeaux, a déclenché une enquête qui a été confiée à la Brigade de Protection de la Famille (BPF) de la sûreté départementale.

La mère du garçonnet dit avoir déposé son fils, comme tous les jours, lundi 6 octobre, à l’arrêt de bus où il est monté à bord du car qui assure la desserte régulière de Bordeaux jusqu’à son école à Martillac (sud de Bordeaux). Mais le petit Charles affirme qu’à son arrivée au terminus il aurait été oublié dans le car par l’accompagnatrice, et laissé enfermé pendant toute une journée dans le véhicule, dont les portes étaient restées verrouillées.

L’accompagnatrice avait été mise à disposition par l’Ecole des Bois que fréquente à Martillac le petit Charles, selon le journal Sud-Ouest.

Les parents du petit garçon reprochent au chauffeur de car et à son accompagnatrice de ne pas avoir procédé aux contrôles et au comptage d’élèves réglementaires.

Selon le commissaire Pérez, l’accompagnatrice qui s’est expliquée au téléphone avec la mère du petit Charles a démenti avoir oublié l’enfant dans le car, et a affirmé qu’il avait bien passé la journée à l’école.

Contactées par l’AFP, ni la direction de Kéolis ni celle de l’Ecole des Bois n’étaient joignables samedi après-midi.