Radiotélescopes réseau SETI

Le réseau SETI traque les signaux qui pourraient être émis par des civilisations extraterrestres. (© phudui – Fotolia.com)

Mike Garrett, à la tête de l’Institut néerlandais de radioastronomie (ASTRON), a affirmé à l’occasion du 65ème Congrès international d’astronautique que la Voie lactée pourrait compter 40 milliards de planètes capables d’abriter la vie, et quelque 3.000 civilisations extraterrestres.

Des milliers d’années pour établir un contact

Malheureusement, Mike Garrett souligne que chacun de ces mondes habité par une forme de vie intelligente serait distant d’au moins 1.000 années-lumière des autres, ce qui rend tout contact improbable.

Le diamètre de la Voie lactée est estimé à 100.000 années lumière. Le système solaire le plus proche du nôtre, Alpha Centauri, se trouve déjà à une distance de plus de quatre années-lumière, c’est-à-dire que toute communication mettrait 4 ans à l’atteindre en voyageant à la vitesse de la lumière (près de 300.000 kilomètres par seconde), une vitesse impossible à dépasser selon la théorie de la relativité d’Einstein. « On parle donc de civilisations qui devraient exister au moins quelques milliers d’années pour avoir l’opportunité de se parler », souligne Mike Garrett.

Pour autant, le scientifique considère qu’il est important de poursuivre le projet SETI de détection de signaux émanant de civilisations extraterrestres : « les chances que SETI détecte un signal sont faibles mais pas impossibles », estime l’astronome.