Institut de France Paris Académie des sciences

L'Institut de France à Paris, siège de l'Académie des sciences. (© stevanzz - Fotolia.com)

Dans un communiqué intitulé « Inquiétudes dans les laboratoires de recherche », l’Académie des sciences réaffirme la « nécessité impérieuse » d’entretenir une recherche fondamentale « de haut niveau » en France.

Déjà préoccupée en 2013 par la « diminution des crédits » des laboratoires de recherche publics, elle estime que la situation n’a fait que « s’aggraver« .

« De nombreux laboratoires se débattent pour survivre dans un environnement défavorable et un contexte international de plus en plus compétitif », souligne-t-elle. Le financement des recherches se « tarit » suite à la diminution des moyens de l’Agence nationale de la recherche (ANR), et les projets de recherche financés semblent trop souvent être ceux « à la mode ».

Réattribuer une partie du crédit impôt-recherche

Des contrats-relais aux modalités « inutilement contraignantes » allongent par ailleurs la période entre l’obtention d’un doctorat et le travail au sein d’une structure de recherche, conduisant « de plus en plus de brillants éléments à quitter la recherche ou même le pays (…) après avoir reçu une formation payée par les impôts de tous ». La France perd ainsi « les meilleurs talents des nouvelles générations, jeunes chercheurs, le sang neuf des laboratoires », déplore l’Académie.

Reconnaissant la difficulté d’augmenter les budgets en période de crise économique, l’Académie a malgré tout « des propositions » pour financer davantage la recherche fondamentale, comme de réattribuer une partie du crédit impôt-recherche, « servant actuellement de soutien à des secteurs éloignés de la recherche scientifique et de l’innovation », pour répondre aux « besoins réels des laboratoires ».

« Faute de changements rapides », il sera difficile « d’assurer l’avenir de notre recherche et sa traduction technologique et industrielle », conclut l’Académie des sciences.

La secrétaire d’Etat à la Recherche, Geneviève Fioraso, a promis pour ce mois-ci des « mesures » pour l’emploi des chercheurs.