Premier musée de la presse dans le monde francophone à l’ESJ Lille

logo AFP

La France et la Francophonie disposent désormais de leur premier musée de la presse, installé à l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille à l’occasion de son 90e anniversaire, et accessible depuis vendredi soir sur un site internet déjà riche.

« Moments de presse », comme est intitulé cet ensemble d’objets symboliques, de faits saillants voire héroïques et de unes historiques relatifs aux médias de 1631 à 2014, est physiquement logé dans une salle de l’ESJ, sous l’égide du réseau Théophraste des écoles de journalisme francophones.

La collection et ses prolongements ont été d’emblée également conçus comme « le musée sans murs d’un métier sans frontières », au travers de son site internet www.momentspresse.org, a expliqué à l’AFP son conservateur français, Bertrand Labasse, qui enseigne à l’université d’Ottawa.

Parmi les livres sur le journalisme qui pourront y être consultés ou téléchargés gratuitement, ceux de Jules Verne, d’Emile Zola ou de Voltaire.

La naissance du musée est marquée par une exposition inaugurée vendredi en fin de journée à la mairie de Lille par la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin, venue assister à la leçon inaugurale de la 90e promotion de l’ESJ de Lille, donnée par Anne Sinclair, directrice éditoriale du Huffington Post.

« Le sacro-saint journal télévisé de 20 heures me paraît presque une antiquité, qui demeure à titre de survivance et qui à mon avis ne survivra pas », a notamment lancé devant des centaines d’invités, dans le grand hall de la mairie, l’ancienne présentatrice de l’émission à succès 7 sur 7, qui était diffusée en direct dans les années 1980/90 le dimanche à 19H00, juste avant le JT du soir de TF1.

Dans l’exposition, le visiteur peut découvrir entre autres le premier zoom de caméra au monde, fabriqué par une entreprise française méconnue, mais aussi le havresac d’un correspondant de guerre de l’agence de presse américaine UPI ou encore une de ces petites machines à écrire Remington au clavier insonorisé utilisée par la presse d’outre-Atlantique.

D’autres grandes aires linguistiques bénéficiaient depuis longtemps de musées de ce type, tels le Newseum de Washington, le Zeitungsmuseum d’Aix-la-Chapelle, ou encore le Newspark de Yokohama (Japon).

Le noyau de la collection « Moments de presse » est français, car il hérite des objets rassemblés à l’origine par le défunt centre technique de la presse française installé à Lyon sous les auspices de la Fédération nationale de la presse (FNPF) qui a disparu en 2009.

Mais ce musée est désormais aussi celui des pays ayant le français en partage, avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Pour autant, a souligné M. Labasse, « ce n’est pas un musée de la presse francophone mais bien un musée francophone de la presse mondiale ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.