Madame LE président: Gosselin (UMP) renvoie les protagonistes « dos à dos »

logo AFP

Le député UMP Philippe Gosselin a renvoyé vendredi « dos à dos » la vice-présidente de l’Assemblée Sandrine Mazetier (PS) et l’élu UMP Julien Aubert, qu’elle a sanctionné pour avoir persisté à l’appeler « Madame le président ».

Philippe Gosselin, très en pointe contre le mariage homosexuel lors des débats de 2013, explique, dans un texte transmis à l’AFP, ne pas avoir signé la lettre ouverte contre cette sanction publiée dans Le Figaro par 139 députés UMP à l’initiative d’Henri Guaino et François Fillon.

« J’aurais tendance à renvoyer nos deux protagonistes dos à dos. En tout l’excès est mauvais: aucune raison de refuser la féminisation de certains titres. Le masculin est le +genre neutre+ pour des raisons essentiellement historiques liées aux postes d’abord occupés par des hommes. Mais aucune raison, non plus, de vouloir, en une forme de sectarisme qui peut tourner au ridicule, féminiser à outrance! » écrit l’élu de la Manche.

Au passage, le député UMP épingle François Fillon qui, lorsqu’il était Premier ministre, avait « fait supprimer, à la suite de diverses pressions féministes et à la veille des présidentielles, dans tous les textes et dossiers officiels, le terme de +Mademoiselle+, par une circulaire de février 2012 ».

Il ironise aussi sur la socialiste Sandrine Mazetier, « qui voulait faire supprimer l’expression +école maternelle+ car trop +genrée+, pas assez neutre et donc traumatisante pour les enfants ».

Enfin, ce membre de la commission des Lois de l’Assemblée nationale estime que la pétition des 139 députés y va « un peu fort » lorsqu’elle parle de « forfaiture – crime en droit pénal ! – » au sujet de la sanction infligée par Sandrine Mazetier. « Il me semble que son attitude, ridicule et militante, ne mérite pas tant d’éloge », ajoute-t-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.