Les maires de France demandent l’annulation de la demi-journée de consultation des enseignants

logo AFP

L’Association des maires de France (AMF) a réclamé vendredi la suppression de la demi-journée de consultation des enseignants sur les programmes de maternelle et le socle commun, organisée sur le temps scolaire.

« Plusieurs directeurs académiques ont annulé la demi-journée neutralisée, prévue courant octobre, et organisent la concertation des enseignants en dehors du temps scolaire des enfants », précise l’AMF dans un communiqué.

« Considérant que ce qui est possible dans certains départements doit l’être pour tous, l’AMF demande l’annulation pour toutes les écoles de cette demi-journée de consultation organisée sur le temps scolaire des enfants », ajoute-t-elle.

Les enseignants devaient avoir une demi-journée libérée sur le temps scolaire entre le 22 septembre et le 18 octobre dans les écoles maternelles pour discuter du programme et dans les écoles élémentaires et les collèges pour discuter du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Les communes devaient décider d’une éventuelle prise en charge des élèves durant cette période, provoquant la colère de l’AMF qui avait déclaré que « les maires de France ne sont pas les supplétifs de l’Education nationale ».

L’association présidée par Jacques Pélissard avait déjà demandé la réorganisation de cette demi-journée le 25 septembre.

Une autre consultation est prévue plus tard dans l’année sur les programmes scolaires du primaire et du secondaire, ainsi que sur l’enseignement moral et civique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.