Juppé: les professeurs « sous-payés », veut augmenter salaire et temps de travail

logo AFP

Alain Juppé (UMP), interrogé sur les propositions pour l’Éducation nationale de Nicolas Sarkozy, a regretté vendredi que les professeurs soient « sous-payés en France » et souhaiterait augmenter leur temps de travail et les « payer d’avantage ».

« Si on veut réduire la dépense publique, il faut naturellement travailler sur les effectifs de fonctionnaires », a déclaré sur Radio Classique M. Juppé, qui entend « renouer » avec le principe du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, supprimé par la gauche.

S’agissant des enseignants, « c’est un fait qu’ils sont bien moins payés que beaucoup de leurs partenaires européens. (…) Nos professeurs sont sous-payés, il faut leur demander d’être plus présents dans les établissements et là, on peut effectivement les payer davantage », a déclaré M. Juppé, candidat à la primaire de l’opposition pour l’élection présidentielle de 2017.

« Je ne souhaite pas me situer en permanence par rapport à ce que dit Nicolas Sarkozy », a cependant insisté l’ancien Premier ministre.

Mercredi, lors d’un meeting à Toulouse, M. Sarkozy avait prôné « 30% d’heures en plus pour les enseignants, 30% de rémunération en plus et 30% d’enseignants en moins ». La France n’a « pas les moyens d’entretenir un million d’enseignants » même « motivés, passionnés par leur travail » selon l’ancien chef de l’État qui souhaite « que l’on augmente la durée de travail des enseignants ».

bpa/ma/jmg

NOS

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.