Crèches: un rapport recommande d’augmenter l’aide à l’investissement des communes

logo AFP

Le Haut Conseil de la Famille recommande d’accroître l’aide à l’investissement des communes pour financer la création de places de crèches, qui était en retard sur les objectifs en 2013.

Dans un avis adopté jeudi par ses membres et publié sur son site internet, le Haut Conseil suggère d’augmenter de 25% la subvention apportée par la Caisse nationale d’Allocations familiales (Cnaf), à 11.000 euros par place en moyenne contre 8.800 euros actuellement.

L’avis souligne en effet que le retard pris en 2013 sur la création de places peut s’expliquer notamment par « la situation financière et l’accès au crédit difficiles pour les collectivités locales ».

Le rapport propose également d’améliorer l’accès au crédit pour les projets de création de places de crèches, et d’améliorer l’aide au fonctionnement versée par les CAF.

Les mesures proposées représenteraient un coût d' »environ 100 millions d’euros » chaque année entre 2015 et 2017, des sommes pouvant être financées par le Fonds national d’action sociale (Fnas), selon le Haut conseil. « Si la Fnas se révélait insuffisant en fin de période, il faudrait envisager une révision du budget de la branche ».

L’objectif du gouvernement est d’accroître de 275.000 le nombre de places d’accueil de jeunes enfants entre 2012 et 2017: +100.000 places de crèches, +100.000 places chez des assistantes maternelles et +75.000 places en écoles maternelles.

Mais en 2013, le nombre de places en crèches a augmenté de 10.706 en 2013, moitié moins que l’objectif fixé (+21.155).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.