A Versailles, vie de château pour des étudiants logés dans un monument historique

logo AFP

Louis XIV pour voisin, le parc du château pour jardin: 77 logements étudiants ont été inaugurés vendredi à Versailles dans un bâtiment classé monument historique, édifié par l’architecte favori du Roi-Soleil, Hardouin-Mansart, en 1701.

Situé à deux pas de l’Orangerie du château de Versailles et de l’immense pièce d’eau des Suisses, dans le parc, le lieu fut successivement l’hôtel de la surintendance des bâtiments du roi, un séminaire, puis la caserne militaire « Vauban ».

Désertée en 1995, celle-ci a été transformée dans le cadre d’un protocole d’accord signé en 2008 par les ministères de la Défense et de l’Enseignement supérieur, prévoyant de réhabiliter et construire des logements étudiants sur une partie des terrains libérés par la réforme des armées.

Rebaptisée « L’Orangerie », la résidence, qui occupe toute l’aile droite de la caserne, est gérée par IRP, un organisme HLM privé, également bailleur et maître d’ouvrage.

Le rectorat a injecté 3 millions d’euros dans l’opération, d’un montant total de 12 millions.

Les studios sont loués 450 euros par mois pour les petits, 700 pour les plus grands – soit environ 250 et 500 euros une fois l’aide personnalisée au logement (APL) déduite. 30% des étudiants logés sur place sont boursiers, souligne IRP.

« Transformer un bâtiment historique en ce qu’on a coutume d’appeler du logement social » était « une opération un peu hors norme », s’est félicité Frédéric Didier, architecte en chef des monuments historiques du château de Versailles, lors de l’inauguration.

L’intérieur, fonctionnel, est refait à neuf, mais les fenêtres hautes de trois mètres dans certains studios, l’ancienne cour pavée, un escalier en colimaçon d’origine et les voûtes et clochetons de l’ancienne chapelle, dans d’autres appartements, rappellent que le château de Versailles est tout proche.

« C’est là qu’ont été conservés les tableaux du roi. La Joconde a été conservée ici! », a rappelé l’architecte.

En 2008, le gouvernement avait annoncé la création d’ici 2012 d’un total de 6.000 logements étudiants provenant de la transformation de terrains et bâtiments militaires, dans quinze villes. Interrogé vendredi par l’AFP, le ministère de l’Enseignement supérieur a estimé que « moins de mille » d’entre eux ont vu le jour dans d’anciennes casernes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.