La Réunion: remous autour de la baisse de l’aide à l’achat du billet d’avion

logo AFP

La baisse, prévue dans le budget 2015, de l’aide de l’Etat à l’achat du billet d’avion dont ont bénéficié 350.000 Réunionnais en quatre ans, provoque une levée de boucliers dans l’île, notamment à droite.

Des maires et le président UMP de la Région ont dénoncé une « trahison » du gouvernement, tout en annonçant leur volonté d’oeuvrer au maintien du dispositif.

Instaurée en 2010 et cofinancée par la Région et l’Etat, l’aide forfaitaire à la continuité territoriale, versée sous conditions de ressources dans les Dom, a permis à 350.000 Réunionnais de bénéficier d’une prise en charge de 360 EUR sur l’achat de leur billet d’avion Réunion-Métropole. Le prix d’un billet oscille entre 750 € en basse saison et 1000 à 1500 € en haute saison.

La semaine dernière, lors de la présentation du budget 2015, la ministre des Outre-Mer, George Pau-Langevin, a annoncé que cette aide ne serait plus versée chaque année mais tous les trois ans, notant une « explosion » de son montant. « Cette ligne a augmenté de 50% en 4 ans, se traduisant par des ponctions croissantes sur les moyens du ministère consacrés à d’autres priorités », a expliqué la ministre, indiquant que les plafonds d’aide « tous publics » passeront en 2015 à « 80% de leur niveau actuel » afin de préserver le financement de la formation et de la mobilité des jeunes.

« Trahison », ont crié en choeur des élus de droite de l’île, dont le président de la Région, Didier Robert (UMP), qui a annoncé le maintien du dispositif actuel. « Le gouvernement veut faire une économie de 11 millions d’euros par an sur le dos des Réunionnais. Cette position est inadmissible. C’est une insulte à l’encontre de chaque Réunionnais », ont dénoncé onze maires de droite, dans un communiqué.

La Région ne reculera pas sur le montant de l’aide qui s’élève à 24 millions d’euros pour 2014 (73 millions en 4 ans), a annoncé de son côté, M. Robert, notant le « succès du dispositif » depuis son instauration,

Pour compenser la baisse de la subvention, il a menacé de faire payer à l’Etat le loyer des 342 logements de fonction, mis gracieusement par la Région, à la disposition des fonctionnaires dans les établissements scolaires de l’île. « Ce qui dégagerait une enveloppe de 4 à 5 millions d’euros », a-t-il indiqué. « Nous sommes des Français à part entière. La possibilité de se déplacer est un principe constitutionnel », a-t-il ajouté.

Sur les réseaux sociaux et les sites d’information locales, de nombreux Réunionnais ont apporté leur soutien au président de la Région, une minorité dénonçant une annonce populiste en vue des prochaines élections régionales. Le député-maire de Saint-Leu, Thierry Robert (MoDem), s’est demandé, pour sa part si le dispositif « n’entretient pas une politique de prix élevé du billet d’avion », tout en déplorant le désengagement de l’Etat.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.