Une école et une médiathèque attaquées à la voiture bélier à Corbeil-Essonnes

logo AFP

Deux voitures béliers incendiées ont été projetées dans la nuit de dimanche à lundi contre la médiathèque et une école du quartier sensible des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), provoquant des incendies mais sans faire de victimes, a-t-on appris de sources concordantes.

Les pompiers ont d’abord été appelés vers 01H20 pour éteindre un feu qui s’était propagé d’une voiture incendiée à la médiathèque, qui a été « fortement détruite », selon une source proche du dossier.

Quinze minutes plus tard, ils sont intervenus sur un deuxième incendie, touchant un groupe scolaire lui aussi atteint par une voiture en feu. L’école a été « entièrement noircie » par les flammes, a précisé une deuxième source.

Les deux incendies ont l’un et l’autre été maîtrisés en un peu plus de deux heures et n’ont pas fait de victime, a ajouté cette source.

Seize pompiers ont été mobilisés pour venir à bout de chaque incendie, ont précisé les secours.

Le maire UMP de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter, a qualifié dans un communiqué ces actes d' »ignobles, incompréhensibles et stupides ».

« Les enfants qui ne pouvaient être pris en charge par leurs parents ce jour ont été accueillis dans une classe de l’école maternelle adjacente », a fait savoir la mairie, ajoutant qu' »une cellule psychologique » avait été mise en place par l’Education nationale.

Le député PS et conseiller général de l’Essonne Carlos Da Silva a condamné « avec la plus grande fermeté, mais aussi avec une profonde affliction, ces actes d’une rare violence ».

« Malheureusement, notre commune et ses habitants sont une nouvelle fois les victimes de criminels incendiaires », a-t-il ajouté.

Pour une source policière, « les voitures béliers, c’est un classique de Corbeil ».

En 2005, un McDonald’s de la ville avait été détruit par un incendie après avoir été atteint par une voiture bélier. En 2008, un local associatif avait été incendié par le même procédé.

En 2011, un ancien employé de la municipalité avait mis le feu à une annexe de la mairie. Un an plus tard, un centre de protection maternelle et infantile (PMI) et une médiathèque avaient été incendiés à une semaine d’intervalle.

La même année, une centaine d’habitants des Tarterêts avaient participé à une marche pour dénoncer la violence et les incendies répétés contre les services publics visant spécifiquement le quartier.

La sûreté départementale de l’Essonne a été saisie de l’enquête.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.