Profs non remplacés: Vallaud-Belkacem rejette la faute sur le quinquennat Sarkozy

logo AFP

La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a justifié vendredi les nombreuses journées d’absence non remplacées de professeurs lors de l’année scolaire 2012-2013 par la suppression de 80.000 postes d’enseignants sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Selon un document de la Direction générale de l’enseignement scolaire, dévoilé vendredi par Le Parisien, 659.293 journées d’absence de professeurs du premier degré n’ont pas été remplacées en 2012-2013.

« 660.000 jours d’absence, ce sont des chiffres importants, par rapport aux années précédentes ou aux suivantes », a reconnu Mme Vallaud-Belkacem lors d’un déplacement à Lille. « C’était la conséquence des difficultés dans laquelle l’Education nationale a été plongée après la suppression de 80.000 postes d’enseignants ces dernières années par la majorité de droite », a-t-elle estimé.

« Les académies ont privilégié souvent les ouvertures de classes pour répondre aux demandes de hausse d’effectifs, au détriment des moyens de remplacements », a expliqué pour sa part la directrice générale de l’enseignement scolaire, Florence Robine, devant la presse à Paris.

Selon le ministère, 2.000 postes de remplaçants ont été supprimés entre 2007 et 2012, dont 630 pour la seule année 2012-2013.

« Depuis la rentrée 2013, avec les créations de postes, nous réaugmentons les moyens de remplacement », a indiqué Mme Robine, avec « environ 400 postes » supplémentaires pour l’année scolaire 2013-2014.

A ceux-ci s’ajoutent 320 autres remplaçants, chargés de suppléer les maîtres-formateurs quand ils sont détachés sur des missions d’accompagnement de professeurs stagiaires, a précisé le ministère à l’AFP.

« Je pense que, cette année, nous allons continuer de la même façon, et dans les années qui viennent », a dit Mme Robine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.