Fonction publique : « Sarkozy s’attaque à l’Etat pour le détruire et non pour le réformer »

Le PS s'indigne des attaques de Nicolas Sarkozy sur les fonctionnaires et le service public, accusant l'ancien président de vouloir "détruire" l'Etat.

drapeau état français

Drapeau français © somartin – Fotolia.com

Le Parti socialiste a réagi dans un communiqué aux « idées » de Nicolas Sarkozy pour la France, détaillées dans un entretien au Figaro Magazine paru ce vendredi.

Suite aux propositions de l’ex-président de la République pour les fonctionnaires, le PS affirme que « Sarkozy s’attaque à l’Etat pour le détruire et non pour le réformer ».

Nicolas Sarkozy « méconnaît l’identité profonde » de la France, selon le PS

Le candidat à la présidence de l’UMP envisage notamment de rétablir le jour de carence, et d’instaurer un contrat de cinq ans dans la fonction publique.

« Cet homme-là [Nicolas Sarkozy] n’aime pas l’Etat », a commenté la porte-parole du Parti socialiste, Juliette Méadel. « Il méconnaît l’identité profonde de notre pays, dont l’une des forces vives réside dans la vitalité de son service public; (…) il n’a jamais ressenti la fierté de vivre dans un pays qui offre à ses enfants une école maternelle et primaire de qualité« .

« Comment prétendre aux plus hautes fonctions de l’Etat sans respecter ceux qui servent l’intérêt général, qu’ils soient contractuels de la fonction publique locale ou nationale, agents publics, fonctionnaires hospitaliers », s’interroge Juliette Méadel. La fonction publique « ne pourra être réformée que par ceux qui la respectent », juge le PS.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.