garderie

© Tatyana Gladskih - Fotolia.com

Les communes n’appliquant pas correctement la réforme des rythmes scolaires pourraient bientôt être pénalisées par l’Etat, selon France Info. Seraient concernées les maires ne prévoyant pas d’organiser de vraies activités périscolaires, se contentant de mettre en place une garderie pour les enfants. Comme dans la ville de Marseille, où les activités périscolaires ne seront pas mises en place avant la Toussaint, au mieux.

Selon France Info, l’Etat réfléchirait à sanctionner ces communes au niveau du fonds d’amorçage accordé à tous les maires pour les aider à supporter le coût de la réforme des rythmes : 50 euros par enfant (et 40 euros supplémentaires pour les communes rurales ou défavorisées). Cette aide sera bien reconduite en 2014-2015 pour toutes les communes, mais « si ce fonds-là est pérennisé » les années suivantes, l’Etat envisagerait de le « conditionner » à la mise en place de vraies activités périscolaires. Pour l’instant, seules les communes « les plus fragiles » sont assurées de bénéficier de ce fonds d’amorçage en 2015-2016, selon le projet de loi de finances présenté hier.